Ebauche d'une politique d'autoarchivage d'articles scientifiques

"Les articles librement accessibles en ligne sont 336% plus souvent cités"
Nature, volume 411, numéro 6837, p.521, 2001.

  1. Par notre politique nous visons à maximiser la visibilité, l'utilisation et l'impact de nos articles scientifiques par l'optimisation de leur accès en ligne au profit de tous les chercheurs et utilisateurs éventuels à l'échelle mondiale.
              i.   Notre politique vise également à faciliter les procédures à suivre pour rendre nos articles scientifiques librement accessibles en ligne.
              ii.  Quand tous nos articles seront accessibles en ligne, nous serons en mesure de satisfaire à d'exigences comme celle du RAE (Research Assessment exercise [Royaume-Uni.], ainsi qu'à toute autre demande administrative, avec un effort minimal de la part de nos chercheurs.
  2. Nous avons donc adopté une politique d'autoarchivage dans les Archives EPrints du département (http://eprints.ecs.soton.ac.uk/) de tous nos articles de recherche, qu'il s'agisse de prépublications ou de publications ayant été évaluées par un comité de lecture. Ces archives constitueront le registre officiel des publications de recherche du département. Toutes les listes de publications requises pour des raisons administratives ou promotionnelles seront générées à partir de cette source.
  3. Notre politique ne contrevient pas aux contrats d'exploitation de droits d'auteur des éditeurs pour les raisons suivantes :
               i.     Les droits d'auteur concernant les prépublications appartiennent entièrement à leurs auteurs avant la soumission  de celles-ci à un comité de lecture en vue de leur publication : ces papiers peuvent donc être  autoarchivés, sans égard à la politique de droits d'auteur de la revue à laquelle ils seront soumis par la suite.
               ii.     Les droits d'auteur concernant les postpublications (articles évalués par un comité de lecture et acceptés pour  publication) dépendent des dispositions du contrat d'exploitation de droits d'auteur signé avec l'éditeur.
               iii.    De nombreux éditeurs permettent l'autoarchivage de postpublications. Ce droit est souvent précisé dans la convention de cession de droits d'auteur. Si tel n'est pas le cas, l'auteur pourra s'informer auprès de l'éditeur. En  cas de doute concernant les dispositions de votre contrat, veuillez consulter le registre des Politiques de droits  d'auteur tenu par JISC ( http://romeo.eprints.org/stats.php color=#0066ff>. Dans la mesure du possible nous vous conseillons de faire modifier votre contrat d'exploitation de droits d'auteur, avant sa signature, pour faire en sorte qu'il permette l'autoarchivage.
               iv.     Dans les rares cas où vous auriez signé une convention de cession de droits d'auteur restrictive dans laquelle vous avez explicitement accepté de ne pas autoarchiver vos postpublications, nous vous encourageons à autoarchiver un supplément correctif ( « corrigendum » ) à votre prépublication  indiquant la liste des changements  importants qui ont été requis pour sa postpublication
              v.     Certains contrats indiqueront que les tirages éléctroniques peuvent être autoarchivés sur votre site-web personnel. Les Archives Départementales EPrint font partie de l'infrastructure fournie par l'université pour votre site-web.
  4. Nous n'exigeons pas l'autoarchivage des textes intégraux de vos livres ni de vos monographies scientifiques. Dans ces cas-la il suffit de autoarchiver les références ainsi que les métadonées habituelles
  5. Certaines revues ont encore une politique de soumission d'articles stipulant la non-acceptation de prépublications ayant déjà été affichées en ligne*. Contrairement aux conventions de cession de droits d'auteurs, de telles politiques ne font pas loi. Si vous êtes interessé à soumettre un article archivé à une revue qui maintient une politique restrictive de soumission, veuillez communiquer avec le conseiller en droits de propriété intellectuelle et en droits d'auteur du département.

* C'est ce qu'on appelle la Règle d'Ingelfinger, d'après le nom du précédent rédacteur en chef du New England Journal of Medicine. Puisque l'application de cette règle est progressivement abandonnée - elle n'avait pas force de loi et n'était pas exécutoire - les auteurs n'ont pas lieu de se faire du souci. Voir à ce sujet la nouvelle politique de Nature, revue qui appliquait auparavant la Règle d'Ingelfinger.

Tirage électronique (eprint) : tout texte, sous forme numérique, d'un article de recherche évalué par des pairs et publié sur le web, avant ou après son évaluation par un comité de lecture et sa publication dans une revue.

Prépublication (preprint) : tout texte d'un article publié sur le web avant d'avoir été évalué, révisé, puis accepté par une revue.

Postpublication (postprint) : toute version d'un article évalué et accepté pour publication (y compris les versions comportant des corrections et des révisions ultérieures à sa publication).

RAE : Research Assessment Exercise http://www.hero.ac.uk/rae/, organisme britannique dont l'avenir est en cours de négociation. Les resultats sont étrotement corrélés avec les mesures de l'impact scientifique tel que le taux de citation http://www.ecs.soton.ac.uk/~harnad/Temp/auto-archivage.htm

Autoarchivage : dépôt par leurs auteurs, d'articles sous forme numérique sur un site Web accessible au public. Le site Web du département est une Archive Eprints qui observe le protocole de l'OAI (Open Archives Initiative). Il fournit une interface simple permettant à la personne qui dépose un article de copier-coller ses métadonnées importantes (date, nom de l'auteur, titre, nom de la revue, etc.) et d'y annexer le texte intégral du document. Pour plus d'informations sur l'autoarchivage, veuillez consulter les pages Web suivantes : http://www.eprints.org/self-faq.