Séminaire À la recherche des catégories: adaptativité, créativité, science, Journées scientifiques du Laboratoire de psychologie et neurosciences cognitives, Paris 17-20 January 2007 http://www.psycho.univ-paris5.fr/recherch/labo_cog/accueil.htm


À la recherche des catégories: adaptativité, créativité, science

Stevan Harnad
Chaire de recherche du Canada en sciences cognitives
Laboratoire cognition et communication
Institut des sciences cognitives
Université du Québec à Montréal



La capacité de catégoriser est une fonction entrée-sortie : c'est de savoir quelle sorte de chose il faut faire avec quelle sorte de chose.  Nos cerveaux sont nés déjà munis de certaines de nos catégories, mais la plupart d'entre elles nous devons acquérir. D'autres espèces ne peuvent acquérir les catégories que par l'observation, l'imitation et l'essai-et-erreur sensorimoteur. Notre espèce est capable de les acquérir par l'instruction, grâce au langage, par la recombinaison des catégories que nous avons déjà. Ceci fut peut-être l'avantage adaptatif qui a poussé l'évolution explosive du langage dans le cerveau de nos ancêtres.  C'est plus adaptatif d'appliquer mécaniquement une règle qui nous a été racontée que de l'apprendre par l'essai et erreur, mais ce n'est pas créatif. Nous réservons le terme « créativif » pour les résultats qui sont utiles et « inattendus » -- dans le sens que la plupart d'entre nous n'aurait pas pu faire ça dans les mêmes conditions. Il n'existe pas une « méthode » créatrice, tout comme il n'existe pas une méthode scientifique.  Les méthodes sont  mécaniques et prévisibles. La créativité n'est probablement que de la recombinaison aléatoire de nos catégories actuelles, mais elle est facilitée par  la « préparation » méthodique (la « pasteurisation » ),  ainsi que par la collaboration, et par l'oeil pour les congruités structurales. Mais avant que nous essayions d'expliquer la cognition créatrice, nous devrons expliquer la cognition quotidienne noncréatrice, comme Turing l'avait proposé en 1950.

Collecting Categories: Adaptivity, Creativity, Science

Categorisation capacity is an input/output function: being able to do the right kind of thing with the right kind of thing. Our brains are born with some of our categories, but most of them we have to acquire. Other species can only acquire categories by observation, imitation and sensorimotor trial-and-error learning. Our species can also acquire categories by instruction, through language, by recombining categories we already have. That may be the adaptive advantage that drove the explosive evolution of language in the brains of our ancestors. Mechanically applying a rule we have been told is more adaptive than learning by trial and error, but it is not creative. We reserve the term "creativity" for an outcome that is both useful and "unexpected" -- in the sense that most of us could not have done it under the same conditions. There is no more a "method" for creativity than there is a method for science. Method is mechanical and predictable. Creativity is probably recombinatory luck.  But methodical "preparation" ("pasteurization") helps. So does collaboration, and an eye for structural congruities. But before we try to explain creative cognition, we had better explain ordinary uncreative cognition, as Turing proposed in 1950.